LA GROSSE PIERRE et LES PIERRIÈRES
Pour le mot Pierre, le Dauzat, dictionnaire étymologique, renvoie au mot Peyre et donne la définition : "du latin Petra, pierre, rocher, montagne, peut aussi désigner des ruines antiques". Ce lieu-dit — le plus à l'est de notre commune — se situe après La Grave, sur la route conduisant de La Tremblade à Saujon (photo ci-contre). L'endroit ne fait pas penser à une montagne, il est même assez plat. On imagine donc mal un rocher à cet endroit. Cette Grosse Pierre serait donc, si l'on en croit Anne Audier, le lieu où se dressait "quelque mégalithe aujourd'hui disparu".
Le Larousse ne parle pas de Pierrière mais de Pierrier : "lieu où le sol est couvert de pierres". Il faut donc rapprocher les Pierrières des Groies . On trouve les Pierrières breuilletonnes en trois endroits bien différents sur le cadastre : près du logis de Chalézac (photo ci-dessous à droite) le long de la route Saujon - la Tremblade (des noyers y ont été plantés), le long de la Route de Royan, à gauche, après le Château vert en allant vers le Fief de Cocu (photo ci-dessous à gauche).
Note : Dans la partie de territoire cédée à la commune de Mornac en 1883, se trouvait un lieu-dit appelé À la Grosse Pierre. Il apparaît sur le cadastre de 1837, près du Cailleau.